Les expériences de Lavoisier avec "l'eau" posent question


Cet article est ouvert. Votre contribution est vivement demandée. Pour répondre aux nombreuses questions de cet article, veuillez m'écrire en cliquant ICI


      
      Le laboratoire de Lavoisier : la synthèse de l'eau par musee_des_arts_et_metiers

Officiellement, voici comment sont présentées les expériences de Lavoisier, considéré comme le père de la chimie moderne, et leurs conclusions qui méritent réflexion un petit instant car elles posent question (phrases soulignées).

Source Wikipédia: "L'une des plus importantes recherches de Lavoisier a été de déterminer la nature du phénomène de combustion (oxydation rapide). Ses expériences permirent de démontrer que la combustion est un processus qui implique la combinaison d'une substance avec du dioxygène. Il démontre également le rôle du dioxygène dans la respiration végétale et animale, ainsi que son rôle dans la formation de la rouille. L'explication de Lavoisier sur la combustion remplace la théorie phlogistique, qui postule que les matériaux relâchent une substance appelée « phlogiston » lorsqu'ils brûlent dans le récipient en question. Il constate aussi que l'air inflammable, découvert par Henry Cavendish et qu'il baptise hydrogène (du grec « formeur d'eau »), réagit avec l'oxygène pour former une rosée, qui est de l'eau, comme l'a remarqué Joseph Priestley. Le travail de Lavoisier est en partie basé sur celui de Priestley. Lavoisier est le premier à infirmer l'antique théorie des 4 éléments (eau, air, feu, terre).



Dans les ouvrages "Sur la combustion en général et Considérations générales sur la nature des acides" (1778), il démontre que l'air responsable de la combustion est aussi une source d'acidité. En 1779, il nomme cette partie de l'air « oxygène » (du grec « formeur d'acide ») et l'autre partie « azote » (du grec « sans vie »). Dans ses Réflexions sur le phlogistique (1783), Lavoisier démontre que cette théorie phlogistique n'est pas cohérente.

Les expériences de Lavoisier sont parmi les premières expériences chimiques véritablement quantitatives jamais exécutées: c'est en ce sens qu'il assure le passage de l'alchimie (souvent imaginaire et peu expérimentale) à la chimie, dont il est le fondateur. Il a prouvé que, bien que la matière change d'état dans une réaction chimique, la masse totale des réactifs et des produits reste identique du début jusqu'à la fin de la réaction. Il brûla du phosphore et du soufre dans l'air, et montra que les produits pesaient plus que les réactifs de départ. Néanmoins, le poids gagné était perdu par l'air. Ces expériences ont été des preuves à la base de la loi de conservation de la matière. Lavoisier a aussi étudié la composition de l'eau, et il appelle ses composants « oxygène » et « hydrogène (...)»."

Ainsi, la chimie a pris la place de l'alchimie. N'est-ce pas finalement l'enjeu de ces expériences? Je laisse la question en suspend. Mais il est légitime de se le demander, puisque en aucun cas, "Lavoisier (a été) le premier à infirmer l'antique théorie des 4 éléments (eau, air, feu, terre)Qu'il n'en déplaise au rédacteur de l'article sur wikipédia et à tous ceux qui se rangent de cet avis. Pourquoi? La réponse est dans le même texte, puisque le rédacteur commet une faute syntaxique (comme la plupart de ceux qui font des communications quand le sujet est l'eau) puisque il (ou elle) écrit "Lavoisier a aussi étudié la composition de l'eau, et il appelle ses composants « oxygène » et « hydrogène" . Il faudrait savoir! L'eau est seulement H2O ou le mélange H2O + d'autres éléments?

On m'objectera à coup sûr que c'est un détail. Intellectuellement, je le conçois mais pas dans la réalité. Imaginez traverser un désert. Vous arrivez à l'océan, fatigué et assoiffé, un verre "d'eau" bien frais est posé sur une table à l'ombre. Qu'allez-vous boire? L'eau de l'océan ou l'eau du verre d'eau? Le verre d'eau bien sûr car dans ce moment précis les théories ont leur limite car si vous négligez "un détail" vous vous mettez en danger de mort. Tous les randonneurs ont cela en tête avant de partir sur les routes. 

Voici une première liste de questions sur les expériences de Lavoisier:


Les Questions

- Question N°1: De quelle eau s'agissait-il pendant les expériences de Lavoisier?
- Question N°2: Est-ce que Lavoisier a utilisé différentes eaux (pluie, mer, ruisseau, rivière...) ?
- Question N°3: Comment peut-on savoir que l'eau est à l'état gazeux alors que dans l'expérience de Lavoisier, l'eau est justement composée de deux gaz (hydrogène et oxygène)? En somme, comment peut-elle rester gazeuse ?
- Question N°4: En 1785, l'Académie fut enfin convaincue de la décomposition de l'eau en deux substances et qui suite à leur recombination (les mêmes proportions obtenues) redonnent l'eau de départ. (Source ici) Est-ce que l'eau recomposée aurait pû permettre à des poissons de vivre? Si oui, l'expérience a t'elle été réalisée?
- Question N°5: Si l'eau peut se recomposer, et que tout être vivant est composé comme l'eau liquide à 99% de molécules d'eau, pourquoi n'est-il pas possible de recomposer la tige d'une fleur, le corps d'un chien ou d'un homme?
- Question N°6: Lavoisier a démontré que les êtres vivants était majoritairement composés d'eau, quelles ont été ces expériences? Dates? Archives?
- Question N°7: Si depuis Lavoisier nous savons que le corps humain est composé d'eau, et que nous associons l'eau a un liquide. Pourquoi continuons-nous à penser que l'eau est liquide?




Cet article est écrit dans le cadre du dossier N°10 "L'eau et les fantasmes
qui est l'un des 12 dossiers de l'eBook "L'eau qui nous relie"

eBook disponible à la vente à 10,99€





"L'eau liquide" n'existe pas

Le titre de cet article n'est pas une blague. "L'eau liquide" n'existe pas, elle est le fruit de notre imagination. Pour comprendre la pertinence de cette phrase, il nous faut nous (re)poser la question fondamentale tranchée à l'époque de Lavoisier qui est de savoir si l'eau est un Élément divin ou non? Le positionnement par rapport à cette question déterminera votre adhésion à ce qui va être écrit dans les prochaines lignes. En ce qui me concerne, j'affirme que l'eau est et reste un Élément divin comme je le démontre logiquement dans le dossier N°10 "L'eau et les fantasmes".

Comment? Tout d'abord, en remettant en cause les conclusions des expériences de Lavoisier, considéré comme le père de la chimie moderne que je traîte dans cet article. Quand il est clair dans notre esprit que l'eau est un Élément et non une matière qui se décompose et se synthétise à souhait alors il ne nous reste plus qu'à faire preuve de cohérence ce qui demande, une fois de plus, une rigueur sémantique pour coller à la réalité.

Si l'eau est un Élément, elle est donc invisible, il devient donc absurde de lui coller un attribut visuel décrivant un aspect physique quelqu'il soit (liquide ou solide) où les formules "eau liquide" et "eau solide" devrait être proscrite. L'article titré "Filmer l'eau liquide est un acte spirituel" devient par conséquent plus compréhensible.




Difficile de convaincre sur les questions sémantiques à propos de l'eau car l'association erronée "EAU=LIQUIDE" est incrustée profondément dans notre esprit. Pire, le mot "eau" sous-entend "eau liquide". Pour s'en défaire, il nous faut dépasser la vision matérialiste de "l'eau" héritée de nos ancêtres et déifiée dans notre société consumériste à l'excès. Car ce que nous appelons "eau liquide" est en réalité un mélange et non seulement H2O comme je l'ai déjà expliqué dans cet article

Il serait alors bien judicieux de retravailler notre vocabulaire afin d'avoir une meilleure représentation de l'eau dans notre esprit sous forme d'Élément, corroborant avec l'idée que l'eau travaille dans les coulisses de la création car elle n'est que pour les autres. Ainsi le mot "eau" au pluriel est incorrecte. Puisque en tant qu'Élément, l'eau est de fait indicible (divin).

Mettre un mot c'est mettre en avant la chose nommée. Ce qui ne correspond pas à l'eau. D'ailleurs, nous appliquons déjà cette rigueur. En effet, nous disons bien "être humain" et non "eau humaine". Nous disons "arbre" et non "eau forestière", etc. Ce qui fait sens puisque on ne voit pas l'eau mais le mélange qu'elle compose majoritairement. Ce qui différencie visuellement tout mélange avec de l'eau, c'est les substrats en quantité minoritaire. Voilà pourquoi nous reconnaissons un chêne d'un abricotier, un berger allemand d'un labrador, un homme d'une femme...un océan d'une mer.

Ainsi, la pluie par exemple n’est pas de l’eau mais un liquide composé d’eau et de sulfate, de sodium, de calcium, d’ammonium, et contient même des nitrates à l’état de traces.  Même chose pour la glace (qui est un solide composé d’eau et de…), la vapeur d’eau (qui est un gaz composé d’eau et de…). Remarquez bien l’ouverture « et de… » qui nous permet de donner toute la place à la spécificité que n'autorise pas la formulation « eau liquide », effectivement une eau (liquide) dit de laboratoire n’a rien à voir avec une eau (liquide) dit de rivière. Si vous lisez ce qui se dit sur l’eau dans les livres, les blogs, les conférences, etc, consacrés à l’eau, aucun ne s’embarrasse de rigueur sémantique. L’eau c’est l’eau, et comprenne qui pourra. En formulant correctement, nous remettons l’eau à ce qu’elle dans la réalité c’est-à-dire LE composé fondamentale pour toute existence qui a pour fonction de manifester l'information de différenciation entre les êtres. L'eau donne à voir ce qu'elle n'est pas. Telle est la fonction d'un Élément.

Les formulations acceptables avec le mot "eau": il y a "eau minérale"car l'association des deux mots donne l'information du mélange,"eau morphogénique" car il s'agit d'une fonction de l'eau.

Les formulations inexactes avec le mot "eau": il y a "eau potable" car ce n'est pas l'eau qui est potable mais le mélange, "eau du robinet" là aussi, le liquide n'est pas juste composé d'eau, la formulation est donc incorrecte. 

NB: Je continuerai sur ce blog à utiliser "eau liquide" par souci de pédagogie mais après un certain délai, je remettrai à jour tout le blog, en mettant tout simplement des guillemets à chaque utilisation erronée du mot "eau". RF.

J'ai listé enfin ci-dessous des exemples de formulations correctes pour illustrer le contenu de l'article.

Séquence du film "Sing in the rain"
LA PLUIE (source: http://www.aquavalor.fr/qualite_eau-de-pluie.php):

La pluie est un liquide composé d'eau et de sulfate, de sodium, de calcium, d’ammonium, et contient même des nitrates à l’état de traces. La concentration des composés de pluie varie en fonction de la géographie mais également en
fonction des caractéristiques environnementales du lieu concerné. 




LA RIVIÈRE (source: http://www.cpa-lathus.asso.fr/tmr/fichiers/109/24/gazette-riviere-26-web.pdf):

La rivière est un liquide composé d'eau et de sodium, chlore, sulfates. Le lessivage des sols pendant le ruissellement produit le COD (Carbone Organique Dissous), le COP (Carbone Organique Particulaire), les MES (Matières en Suspension) et les composés azotés et phosphorés tandis que la dissolution et l’altération des roches sont responsables des cations majeurs et de la silice apportés par les eaux souterraines.

La composition chimique des rivières présente des variations dans le temps qui sont d’abord dues au mélange d’eaux de différentes origines.



L'OCÉAN ( source: http://tpedessaler.e-monsite.com/pages/introduction/composition-de-l-eau-de-mer.html ) :

L'océan est un liquide composé d'eau et de chlorure, de sodium,  de magnésium, de sulfate, de calcium, de potassium, de bicarbonate, de bromure, d'acide borique, de carbonate et de fluorure. Des gaz dissous (64% d'azote, 34% d'oxygène, 1,8% de dioxyde de carbone) et des oligo-éléments. Des substances organiques, comme le méthane, le chloroforme mais aussi des sucres et des vitamines. Ils sont produits par les organismes vivants.


Cet article est écrit dans le cadre du dossier N°10 "L'eau et les fantasmes
qui est l'un des 12 dossiers de l'eBook "L'eau qui nous relie"

eBook disponible à la vente à 10,99€