Masaru Emoto, le paparazzi de l'eau

Je voudrais continuer dans ce nouvel article, à déconstruire le "mythe" auto-entrenue de et par Masaru Emoto, béatifié par une foule de rêveurs qui ne peuvent pas s'empêcher de fantasmer sur l'action de la pensée sur l'eau. La lecture de ce document m'a motivé à écrire ce qui suit.

À la fin de ce document ce brave Masaru Emoto, n'hésite pas à signer "Docteur Masaru Emoto". Ce n'est pas anodin. Peut-être qu'il a un souci de légitimité à vouloir tant s'attacher un titre qu'il ne possède pas dans la science ou dans la médecine. Marc Henry nous l'explique très bien d'ailleurs, d'où vient son fameux titre de docteur dans cet article. 

L'action de la pensée sur l'eau? Soyons sérieux deux secondes. Avons-nous réellement besoin des travaux de Monsieur Emoto pour cela ou de qui que ce soit? La réponse est non. La raison en est simple. Nous savons que nous sommes tous composés à 99% de molécules d'eau. Et si je ne m'abuse nous sommes dotés d'une pensée. Par conséquent, l'action de la pensée sur l'eau est réelle et prouvée par des milliards d'individus tous les jours, on appelle ça: une expérience humaine. L'eau étant elle même reconnue comme la molécule de l'esprit par les travaux de Denis Le Bihan, neurologue, qu'on peut entendre dans une interview donnée sur France Inter. Sujet d'ailleurs déjà évoqué dans un podcast audio avec Marc Henry . Il n'échappera d'ailleurs à personne que l'endroit du corps où l'eau est la plus présente en poids, c'est le cerveau, connu pour être le siège de la pensée.

L'action de la pensée sur l'eau est donc normale. Et c'est d'ailleurs bien le coeur de l'ambiguité de l'adoration vouée au travail d'Emoto. Car il s'agit de prouver non pas une action de la pensée sur l'eau en générale MAIS une action de la pensée sur l'eau LIQUIDE.

Pour résumer le grotesque de ce qui se dit c'est que une eau dotée du pouvoir de penser (un être humain)  cherche à prouver qu'elle a une action par sa seule pensée sur l'eau liquide (qui est toujours en mouvement). Pour démontrer qu'il y a bien une action, elle arrête le mouvement. La gèle. Puis la dégèle. Et décrète de façon "connectée" new-age que la pensée de l'être humain à une action sur l'eau liquide. On croit rêver. Et c'est d'ailleurs le but finalement. S'extasier sur un cristal qui signifie plus la mort que le vivant.

Cette mascarade reflète bien le dessein de Monsieur Emoto et de ses adorateurs, ils ne se voient pas comme de l'eau.  Ils en ont même peur. Il la tienne à l'écart en nous abreuvant de belle parole. Et c'est ce que je trouve agaçant, c'est bien tout ce gentil blabla dégoulinant sur l'eau.

Cela reflète l'action du mental qui a peur de la réalité et donc de l'eau car elle dévoilerait son inexistence. Seule l'eau est. Pas le mental siège de la rêverie. D'ailleurs, un mensonge est un songe qui ment.

Pour terminer, je voudrais que nous nous posions la question sur l'artiste. En quoi Masaru Emoto est-il un artiste au fait? En quoi quelqu'un qui photographie ce qu'il voit au microscope fait-il de lui un artiste? De nombreux scientifiques sont des artistes alors. Tous ceux qui ont alimenté nos livres de biologies quand nous étions à l'école. Sachant en plus que les photos qu'il fait sont l'oeuvre de ses assistants. On est en droit de se poser la question sur l'artiste Masaru Emoto. Ce qui explique peut-être qu'il préfère se faire appeler Docteur. Lui-même sait que ce qu'il fait n'est pas de l'art.

La vérité c'est que l'artiste dans ce que fait Monsieur Emoto c'est l'eau, lui n'est là que pour photographier au mieux ce qui se passe dans ce microscope. Il est un témoin privilégié. C'est comme si je me présentais comme un artiste pour le film "The Experience: Being Water" dont je suis le réalisateur.

Pour conclure je dirai que la drôlerie de la situation avec ce monsieur Masaru Emoto et ses fans, c'est qu'il n'est ni artiste et ni scientifique. Il a juste trouvé une technique fantastique pour nous montrer des cristaux de glace. Il serait alors un photographe. Mais il existe un grand nombre de domaine de photographie. Certains sont des artistes et d'autres des utilisateurs d'appareils photographiques comme les paparazzi. Témoins privilégiés de ce que nos vedettes préférées ne voudraient pas qu'on voit d'eux. Ce que nous montre Emoto, n'est pas visible à l'oeil humain puisqu'il utilise un microscope c'est ce qui me fait dire qu'il est un paparazzi de l'eau.

Il est intéressant de noter que dans le milieu de la photo, les paparazzis sont les seuls photographes qui arrivent à très bien gagner de l'argent. Même en période de crise. Tout est dit.


Cet article est écrit dans le cadre du dossier N°10 "L'eau et les fantasmes
qui est l'un des 12 dossiers de l'eBook "L'eau qui nous relie"

eBook disponible à la vente à 10,99€






Jacques Collin (4/4) - Les plantes, sujet de votre prochain livre? - Les Rendez-Vous de l'Eau - EAU: Séance iLive!

        


Ci-dessous un article extrait du site veganspirit.fr
L'article est à lire dans son intégralité à cette adresse: http://www.veganspirit.fr/veganspirit/nl4plantes



L'Effet Backster
L'un des premiers a avoir osé parler d'une conscience chez les plantes est Cleve Backster en 1966. Cet expert de la CIA, spécialiste du détecteur de mensonges, a eu un jour l'idée d'attacher les électrodes de son appareil aux feuilles d'une plante verte présente dans son bureau, par curiosité...
Il remarque alors que la plante réagit lorsqu'il l'arrose, et le polygraphe semble montrer le même genre de réaction que lorsqu'un être humain fait l'expérience d'un stimulus émotionnel de courte durée... Est-ce qu'une plante pourrait ressentir des émotions ?!!!
Backster sait que la manière la plus efficace de déclencher une réaction importante du polygraphe chez l'être humain est de le mettre dans une position où il se sent menacé. Il cherche donc un moyen de menacer le bien-être de la plante, et pense tout à coup à brûler une de ses feuilles. Au moment précis où il a l'idée de brûler cette feuille (acte qu'il visualise), et avant même qu'il ne bouge pour aller chercher une allumette, la plante devient comme folle : le tracé du polygraphe prend de l'ampleur, et le marqueur va jusqu'à franchir le bord supérieur du papier ! Est-ce que la plante aurait pu lire dans son esprit ?!! Backster conclut au sujet de cette expérience qui allait marquer toute sa vie : "Je compris à l'instant qu'il se passait quelque chose d'important ; il n'y avait pas d'autre explication. Il n'y avait plus personne dans le laboratoire, et je n'avais rien produit qui soit assimilable à une action mécanique. En une fraction de seconde, la conscience que j'avais du monde fut modifiée. L'ensemble de mon processus de pensée ainsi que mon système de valeurs furent désormais orientés vers cette recherche".
Le chercheur confirmera par la suite ses premières découvertes, avec des centaines d'expériences sur d'autres plantes, avec d'autres instruments, avec différents collaborateurs, et dans de nombreux laboratoires différents aux Etats-Unis. Toutes ces expériences aboutissent aux mêmes conclusions... et amènent Backster à affirmer queles plantes sont sensibles aux événements, aux émotions et aux intentions humaines se produisant dans leur environnement !!
Malgré des résultats plus étonnants les uns que les autres, les recherches de Backster sont toujours contestées dans la communauté scientifique (comme l'a été pendant très longtemps - et parfois même encore aujourd'hui... - l'idée que l'animal pourrait avoir une conscience, ressentir des émotions et être sensible à la douleur !!)
Bien sûr, cela remet en cause de manière tellement radicale notre manière de vivre et de voir le monde, ainsi que la nature de nos relations avec les autres êtres vivants sur cette terre, qu'il n'est pas facile d'admettre un tel changement de paradigme ! Et pourtant, d'autres expériences viennent confirmer ce que Baxter semble avoir découvert...



Bibliographie et références
  • "La Vie secrète des plantes" - Peter Tompkins et Christopher Bird (notamment sur les expériences de Cleve Baxster).
  • "L'homme qui parle avec les plantes" - Yvo Perez Barreto : sur les expériences de Don José Carmen et ses légumes géants... (On peut trouver le livre et le documentaire sur le site de l'auteur Yvo Perez Barreto :http://www.magique-trotter.com/Mexique.html)
  • "Les jardins de Findhorn" - Eileen et Peter Caddy, Dorothy Maclean, David Spangler, Collectif
  • Magazine Nexus, n°65 (Novembre-Décembre 2009) : Ce numéro consacre un dossier complet à des agriculteurs et des jardiniers hors normes, qui expérimentent au quotidien des dimensions insoupçonnées du monde végétal...
  • La Fondation Findhorn : Le site officiel de la Fondation Findhorn (en anglais)
  • Nostra n° 185 du 22 Oct. 1975 : Article sur les jardins de Findhorn paru à l'origine en 1975 (avec photos prises à cette époque...)

Conférence audio de Marcel Violet



"EAU: Séance iLive! Le podcast de l'eau" vous propose cet enregistrement audio de Marcel Violet, inventeur d'un procédé pour dynamiser l'eau appelé "l'eau violet". Cette conférence étant gratuite sur internet, nous la mettons ainsi à disposition des web-spectateurs du podcast "EAU: Séance iLive!"





Ce qui suit est une description venant de wikipedia. Nous avons volontairement enlevé le mot "pseudo-scientifique" du texte original car l'auteur, qui n'est visiblement pas convaincu par l'action de ce procédé, commet une lacune d'objectivité. On peut nier une théorie mais pas les faits. Il y a bien un effet mais personne aujourd'hui ne peut prouver que ce la fonctionne ou que cela ne fonctionne pas.

Une émission MULTIPLEX spécial Biodynamisation Marcel Violet est disponible en cliquant ici avec comme invités Marc Henry, Jean-Jacques Dubost et Yann Olivaux.

La conférence est disponible en format mp3 à cette adresse:http://boomp3.com/mp3/haaehv8v3mc-conf-rence-de-marce-violet-sur-la-biodynamisation

Pour vous faire vous même une idée voici "Le secret des patriarches" écrit par Marcel Violet et Michel Rémy en complément de la conférence proposée:
http://dl.dropbox.com/u/62281939/le%20secret%20des%20patriarches.pdf



Présentation de Marcel Violet par Wikipedia:
Achille Marcel Violet (1886-1973) est un pilote automobile, ingénieur des Arts et Métiers et inventeur français, principalement actif dans le domaine de l'automobile. Il a aussi fondé un laboratoire actif dans le domaine des médecines alternatives à partir de ses découvertes  liées à de l'eau soumise à un rayonnement, procédé plus connu sous le nom de l'eau Violet.
En 1938, il effectue une étude concernant les réactions de cultures microbiennes exposées aux différentes couleurs du spectre10. Le hasard lui fait interrompre une expérience. En la reprenant, il constate que des modifications profondes, et apparemment inexplicables, se sont produites pendant la période supposée d'arrêt. Ses expériences de contrôle lui confirment l'existence d'un rayonnement pénétrant non lumineux qui, associé au rayonnement lumineux visible, en modifie profondément l'action et peut même, dans certains cas, en changer le sens ; il constate que l'eau soumise à l'action de ce rayonnement paraît l'emmagasiner.
Ses recherches sont interrompues par la Seconde Guerre mondiale. Après la guerre, il reçoit des informations d'un grand intérêt pour ses travaux grâce à une étude sur les phénomènes à variation périodique publiée par le général Henri Sabatier[réf. nécessaire] en avril 1948 dans le Bulletin d'information technique et scientifique de la Section technique de l'armée francaise. Cela permet à René Barthélemy de considérer, après avoir fait des recherches systématiques pour tenter d'identifier le rayonnement de Marcel Violet, que ce dernier appartient aux phénomènes oscillatoires d'une gamme de fréquence située au-delà de 11. Selon Marcel Violet, l'eau soumise à ce rayonnement a des effets bénéfiques sur la santé et la croissance des plantes, comme l'aurait l'eau d'orage.
Il consacre sa vie à l'explication de ces phénomènes empiriques et cherche à mettre au point un instrument de mesure. Il invente notamment un procédé de traitement électro-vibratoire de l'eau (brevet FR1142722). La commission de l'Académie nationale de médecine reconnaît qu'il est possible que des éléments favorables à la vie cellulaire soient apportés par l'eau traitée par ce procédé et donne un avis favorable pour le traitement des eaux puis plus tard pour l'homologation de son appareil.

Pour aller plus loin: le film "L'eau, la médiatrice." Réalisé en 2009 par Rodolphe Forget.

Jacques Collin (3/4) - Qu'est-ce que l'eau? - Les Rendez-Vous de l'Eau - EAU: Séance iLive!




Interviews extrait du site http://www.rebelle-sante.com/node/2235
Interview publiée dans le Magazine Rebelle Santé N°146 - Juin 2012
Christophe Guyon - Pourquoi l’eau structurée est-elle bonne pour la santé ?
Jacques Collin - Dans ce type d'eau, les molécules sont organisées, liées entre elles en fonction d'informations soit physiques, soit énergétiques et immatérielles. Plus précisément, l'eau structurée a des paramètres électroniques ou électriques qui sont quantifiables, elle a un potentiel électronique, et c'est la fluidité de ses échanges d'électrons qui va donner la vitalité dont a besoin l'organisme. Cette eau va également permettre d'accélérer ou de réactiver toutes les réactions métaboliques et physico-chimiques du corps.  
Christophe Guyon - Pourquoi la science a parfois du mal à reconnaître la dimension informationnelle de l'eau ?
Jacques Collin - Les esprits n'y sont pas tous prêts en raison des formatages universitaires. Et puis la formulation de la pensée scientifique est trop souvent basée sur des schémas anciens pas suffisamment adaptés au présent. Aujourd'hui, des recherches scientifiques, qui ne sont pas encore rendues officielles, portent sur les phénomènes quantiques et qui dépassent les frontières du monde physique pour aller vers une approche plutôt métaphysique. L'eau a la particularité d'être à la frontière de ces deux mondes, notamment en générant des phénomènes immatériels.
Christophe Guyon - Quelles sont les qualités d'un bon dispositif de production d'eau structurée ?
Jacques Collin - Il y a deux actions, d'abord il faut filtrer l'eau. La meilleure technique de filtration est celle de l'osmose inverse qui a été mise au point par la NASA. On filtre l'eau à travers une membrane très fine - micrométrique - qui retient 98 % des particules, c’est le système le plus performant. Mais à la sortie, l'eau est déstructurée. Pour la structuration, il y a 3 principes intéressants. Le premier repose sur le vortex. Il s'agit donc de faire tourbillonner l'eau. Le vortex a notamment la capacité de générer à sa périphérie des électrons dans l'eau. Cela produit une dynamisation assez forte. Le deuxième, plus statique, est basé sur le principe Marcel Violet. Ce sont des condensateurs qui envoient des ondes pulsées pour dynamiser l'eau. Le troisième, moins utilisé car on ne sait pas vraiment comment il agit, est constitué de matériaux informés. On en trouve beaucoup, de différentes natures. Ils comportent des céramiques, des terres particulières ou des sables contenant des éléments fossiles. Ces matières sont compactées avec un liant et on fabrique des plateaux ou des carafes pour dynamiser l'eau.
Il est important aussi de boire cette eau en conscience, il faut entrer en dialogue avec elle, c'est-à-dire émettre des intentions par rapport à cette eau. Si on veut une eau qui nous redonne la santé mais aussi qui va nous ouvrir des récepteurs à des niveaux subtils, il faut placer des intentions dans cette eau. Et c'est une tradition millénaire. Les eaux bénites n'étaient pas autre chose, elles sont chargées avec des intentions d'amour, de pureté. Maintenant on peut le faire soi-même en se concentrant, en méditant pour envoyer ce type de message à l'eau avant de la boire, ce qui amplifiera le message.
Propos recueillis par Christophe Guyon.

Le Photomaton spécial Valery Joubault

Tous les jours, Rodolphe Forget sélectionne des photos liées à l'eau sur la page Facebook du podcast "EAU: Séance iLive!" (http://www.facebook.com/eauseanceilive).
Rodolphe Forget a donc demandé à des invités du podcast de sélectionner une photo parmi les centaines de la page et de dire pourquoi ils avait fait un tel choix.

Le but est de montrer combien l'eau est fantastique et l'intérêt que nous avons à la redécouvrir pour survivre consciemment à la crise que traverse l'humanité qui est composé d'eau à 99% (des molécules composant le corps humain).

Pour ce Photomaton, exceptionnellement, le choix s'est porté sur un photographe, Valery Joubault, qui photographie sous l'eau ses modèles avec toutes les contraintes que cela suppose. Il en ressort de magnifiques clichés qu'on peut retrouver sur son site : www.petitbain.com.


          


Dans cette vidéo 3 photos de Valery Joubault ont été choisies pour ce Photomaton "EAU: Séance iLive!" par Luc Bigé, Dominique Kubler et Rodolphe Forget.


Choix de Dominique Kubler, photographe d'ondine, http://www.ondine.fr.gd







Choix de Luc Bigé, symboliste, http://reenchanterlemonde.com








Choix de Rodolphe Forget, vidéaste et danseur,
http://www.nature-film.com







Présentation de Valery Joubault

Né en 1969 au Mans, et après avoir acqui un premier REFLEX 24x36, ainsi qu’un  véritable laboratoire Noir et Blanc dans le sou-sol de la maison de son enfance, Valéry Joubault se destine très jeune à la photographie. Après une année passée au service presse du SIRPA Marine en 1990 (première guerre du Golf), il intègre la capitale pour débuter une carrière de photographe professionnel. 

Tour à tour assistant de Claus Wickrath, Steve Hiett, Mathieu Garçon, Hélène Guétary, Bertrand Cardon, Thomas Galonski, c’est avec Bernard Asset qu’il partage la même exaltation pour la formule 1 et le monde de l'automobile en général. En 1992, il décide de voler de ses propres ailes et décroche, à 22 ans, sa première campagne nationale d’affichage 4x3m.

Connu à l'époque pour ses images picturales de trains à Grande vitesse, «Monsieur TGV» signe 2 ans avec l’agence BDDP pour le budget SNCF. Plusieurs campagnes suivent avec GEC ALSTOM, ALSTOM Madrid pour l'AVE, ALCATEL, Hôtels Mercure, et quelques autres enseignes... En 1995, il quitte Paris pour la Normandie et débute de manière autodidacte des travaux de graphiste, web designer et monteur vidéo.



C'est ce qui séduit un grand groupe hôtelier et casinotier de Deauville qui l’engage en 1999 et le nomme responsable de la communication graphique et photographique. Cette complicité durera 7 ans. 2006 est l’année du renouveau ! Valéry installe son bureau dans sa maison en Normandie pour y créer TUNGSTEN production, un bureau de conseil en communication, tout en continuant la photographie.

Papa depuis 2004, c'est sa fille, enthousiasmée dès l’âge de 6 mois par ses séances hebdomadaires de bébés nageurs en piscine, qui lui communique le désir d’explorer la joie et le bien-être de l'enfant dans l'eau. Peu à peu, le projet prend forme ; un site internet vient le renforcer afin de permettre à tous les parents de s'offrir des images fortes et authentiques de leurs enfants en milieu aquatique. Ainsi est né "Petit Bain". (www.petitbain.com

Puis après le lancement en 2011 de sa marque 100% normande VJ Couture (accessoires Haute Couture pour la téléphonie mobile), il se lance en 2013 dans le monde de la littérature en lançant avec 2 amis écrivains et associés, les éditions MJB. Deux romans historiques verront le jour à partir de juin 2013.

Sites de Valery Joubault:

contact: contact@petitbain.com


Son Travail

                



"Je ne pensais pas devenir un jour portraitiste subaquatique mais ma passion de l'eau et de la photo a eu raison de moi. Le modèle se retrouve "plongé" dans une intimité extrême avec le photographe, et rien ne peut interférer ou troubler une séance photo sous l'eau. Il ne s'agit pas là forcément d'un déshabillage au premier degré, mais le seul fait d'être en face à face dans ce milieu aquatique avec un silence isolant et enveloppant, si inhabituel pour le modèle, nous amène tout de suite dans un autre monde où le temps semble s'être arrêté. En totale apesanteur, les danseurs, musiciens, chanteurs, écrivains, sportifs... peuvent facilement s'exprimer en laissant leur timidité ou trac au vestiaire.




Ma première rencontre avec une sirène d'eau douce restera toujours un moment exceptionnel ! Un nouvel exercice de style où le photographe n'est plus maître à bord. En effet, photographier des princesses aquatiques, beautés éphémères, gestuelles inattendues, mélange fusionnel du corps et de l'eau, relève d'un nouveau défi. On perd les notions d'espace mais, concentration oblige, la nageuse synchronisée ne s'y perd pas ! Comme des poissons dans l'eau, le temps d'une séance photo, nous partageons des émotions dans ce liquide envahissant qui nous maintient en semi-flottabilité.

J'ai pris plaisir à découvrir quel était cet univers caché et secret où les nageuses synchros aiment à se réfugier. C'est un témoignage visionnaire de ce monde élitiste que j'aime faire partager aux nageuses et à leurs parents qui n'ont souvent en souvenir que la face visible du ballet aquatique.


Les 9 mois de la grossesse font très certainement partie des plus beaux moments de la vie d'une femme. Or il est encore assez rare que, durant cette période, elle ait gardé des traces photographiques dignes de ce moment unique. Avec toutes les préoccupations et l'organisation que peut susciter l'arrivée d'un bébé, on ne voit pas le temps passer, surtout lors les 2 ou 3 derniers mois. C'est précisément dans cette période que je me plais à mmortaliser leurs magnifiques rondeurs. Cette vision de leur corps devient un document des plus précieux pour elle comme pour leur future descendance. Le milieu le plus symbolique que j'ai pensé offrir à une femme enceinte, était de la photographier dans le plus naturel qui soit, pour elle comme pour le bébé qu’elle porte, l'Eau."

Valery Joubault


                             

Seconds of Eternity N°01 - L'eau c'est la vie!

"L'eau, c'est la vie!" est le slogan de ce premier "Seconds of Eternity", série de 100 vidéos de moins d'une minute chacun sur les thèmes de l'eau, l'égo et l'amour. J'ai commencé à réaliser et produire cette série en avril 2011 afin d'inonder le net de vidéo avec de l'eau ! Puis le projet a changé légèrement de cap. Les vidéos sur l'égo et l'amour sont apparues alors en cours de chemin pour étoffer la série...
         

                 


"L'eau, c'est la vie", bizarre que cette phrase soit connue de tous et que l'eau soit tant méprisée dans notre société. D'ailleurs, si c'est la vie, pourquoi n'est-elle pas le thème d'une chaine de la TNT? De la radio? D'un magazine? Ce n'est pas les sujets qui manqueraient puisqu'elle est la vie.

Mais dans une société comme la notre, figée par l'excès du confort matériel, l'être humain s'est coupé du vivant. Il a sacralisé ses 4 murs en cathédrale où il peut s'adonner à son activité préférée : le rêve. Pour cela, il met toute son énergie à chercher la souffrance et la cultiver. Rien n'est trop beau pour nourrir le rêve. Sans souffrance pas possible de rêver, d'espérer, de débattre, de refaire le monde, de s'imaginer savoir comment fonctionne la vie, cette vie pour laquelle nous avons cessé tout lien. Et si la souffrance est trop difficile à supporter, il y a les drogues comme la télévision, l'alcool, le travail,etc.

Cet être humain ne peut pas voir la vie dans sa globalité car il n'en subi plus les frasques. S'il ne voit pas la vie, il ne peut donc pas voir l'eau. Mais il peut dire "L'eau, c'est la vie!", le citer, le chanter, le blablater, c'est facile, car ça ne l'empêche pas de rêver. Mais le vivre là c'est une autre histoire...


Jacques Collin (2/4) - Qu'est-ce que la Bio-électronique? - Les Rendez-Vous de l'Eau - EAU Séance iLive!





Pour en savoir plus sur la Bio-Électronique voici un historique écrit par l'association de Bio-Électronique Vincent sur leur site internet: http://www.votre-sante-naturelle.fr/

Historique de la Bio-électronique (BEV)
Les précurseurs.
De nombreuses recherches ont précédé les travaux de L-Cl. Vincent et ont permis la création de la bioélectronique. Parmi ces scientifiques citons : Georg Simon Ohm (1789-1854) pour la résistivité, Soren Sorensen (1868-1939) pour le potentiel acido-basique, Walter Nernst (1864-1941) pour le potentiel rédox... mais également Charles Laville, Fred Vlès, etc…

L'invention.
Après son diplôme d'ingénieur (1925), L-Cl. Vincent se spécialise dès 1926 en hydrologie, et dans les travaux d'hygiène publique (adduction d'eau et égouts). Pendant douze ans il fut ingénieur-conseil de près de deux cents communes, ce qui lui permit (avec des confrères) d'établir que : «Les taux de mortalité due aux maladies graves (tuberculose, cancer, maladies cardiovasculaires) sont directement liés à la qualité de l'eau délivrée auxpopulations. Ces taux augmentent quand l'eau est très minéralisée et rendue "potable" après traitement et adjonction de produits chimiques oxydants». C'est dans le but d'apporter une explication scientifique à ce constat statistique qu'il entreprit des recherches lui permettant de remarquer, dès 1946, qu'un liquide est caractérisé par les mesures de trois paramètres physiques :
- Le potentiel acido-basique, (le pH, valeurs de 0 à 14), qui indique la richesse ou la pauvreté en protons hydrogène (H+),
- Le pouvoir oxydo-réducteur (le rH2, valeurs de 0 à 42), révélateur de la richesse ou de la pauvreté en électrons (e-), et,
- La concentration plus ou moins élevée en électrolytes indiquant la faculté plus ou moins grande de résister au passage du courant électrique, (la résistivité , ou ρ, mesuré en Ohm/cm), cette dernière valeur est aussi un indicateur de la richesse ou de la pauvreté en sels minéraux, molécules ou ions en solution.
Au cours d'un voyage au Liban en 1952, il réalise des mesures bio-é1ectroniques sur le sang, démontrant l'intérêt de cette technique pour définir objectivement les états de santé et de maladie. Puis, en 1954, il devint professeur à l'École d'Anthropologie de Paris et poursuivit ses recherches avec de nombreux spécialistes (Dr Paul Bosson, Dr Jeanne Rousseau, Dr Franck Morell, etc.). En 1972, après plus de 60 000 mesures réalisées sur le sang, la salive et l'urine des malades, il propose une définition globale du terrain avec une approche énergétique objectivée, par les analyses.



Historique de l'association(ABE)
En 1972 est créée une société internationale : la SIBEV.
En 1989 est créée l'Association pour la Recherche et les Applications en Biophysique et en Biologie Electronique, dont l'objet est l'actualisation, la diffusion de la méthode, ainsi que l'enseignement de la Bio-Electronique.·
En 1998 elle prend le Nom de A.B.E. ·(Association de Bio-Electronique).
Elle édite pour ses adhérents 4 revues par an.

L'eau n'est pas seulement liquide



Cette vidéo est née - comme souvent - d'une recherche quotidienne à comprendre pourquoi il nous est si difficile de s'imaginer d'être composé quasi exclusivement d'eau. Pourquoi ce refus de la réalité?

Alors quoi de mieux que de commencer par le mot lui-même: L'eau! De quoi s'agit-il finalement? On écoute des conférences, des films, des émissions, des podcasts, on lit ce mot. Mais de quoi parle-t'on quand il s'agit d'utiliser le mot "EAU"? S'agit t'il de l'eau en général? Ou de l'eau liquide? Bien malin celui qui peut répondre. Seul celui ou celle qui s'exprime sait de quoi il parle - quoi que pas sûr ! - Difficile de ne pas créer de la confusion pour celui ou celle qui capte l'information qui - à coup sûr - ne va pas faciliter sa compréhension de l'eau.

Les scientifiques nous le disent pourtant que les propriétés de la glace - donc l'eau solide - n'ont rien à voir avec l'eau liquide, idem pour l'eau vapeur, et on parle même pas de l'eau dite "interfaciale" qui compose les humains, les animaux et les végétaux - "interfaciale" étant lui-même un mot manquant de rigueur car tous les eaux sont interfaciales puisqu'en contact avec quelque chose -.

               

La vérité c'est que l'eau liquide EST l'eau dans notre inconscient. Notre séjour dans le ventre de notre maman nous a marqué certainement. Les publicitaires le savent bien. C'est ce qui explique entre autre pourquoi il est si difficile de comprendre que nous sommes composés à 99% d'eau (interfaciale) (1). Cette eau n'est pas liquide.

Et la théorie de l'évolution en prend un coup dans les dents quand on actualise l'idée qu'on serait sorti de l'océan et donc de l'eau. Quelle eau? L'eau liquide bien sûr. En fait nous ne sommes jamais sortis de l'eau. Nous sommes composés d'eau (interfaciale), vivant dans un continuum d'eau (vapeur), nous mangeons des aliments composés tous à plus de 99% d'eau (interfaciale). Nous sommes sortis de l'eau!?! Vous savez quoi je ne suis pas convaincu par cette information!

Pour enfoncer le clou, sachez par exemple, que tous les jours des gens travaillent sur cette vérité - qui sont-ils? Des scientifiques? Non! Ce sont les industriels de l'agroalimentaire qui doivent trouver des parades pour éviter la moisissure de leur produits alimentaires qui est une conséquence direct de ce qu'on appelle: l'activité de l'eau (2).

Désormais quand une personne vous parle de l'eau, soyez taquin et demandez lui de quelle eau parle t'il...La compréhension n'en sera que meilleure pour lui (ou elle) et vous-même.

(1)Pour aller plus loin pour comprendre d'où viennent la composition de notre corps à 99% de molécules d'eau, je vous invite à consulter ce très bon article de Marc Henry, chimiste à l'Université de Strasbourg.
http://prmarchenry.blogspot.de/2014/05/escherichia-coli.html

(2) Définition par Marc Henry: "L’activité de l’eau mesure l’aptitude de l’eau à s’évaporer. Et donc à se déplacer vers le corps qui est en déficit d’eau interfaciale. Nous rencontrons cela dans nos cuisines au sujet de la conservation des aliments. Si les deux corps ont la même activité, l’eau ne se déplace pas. L’activité de l’eau se mesure entre 0 et 1.
Le 1 correspondant à l’eau pure c’est à dire sans corps étranger et donc à une activité maximale.



Cet article est écrit dans le cadre du dossier N°4 "L'omniprésence de l'eau
qui est l'un des 12 dossiers de l'eBook "L'eau qui nous relie"

eBook disponible à la vente à 10,99€










 

Hommage à Jeanne Rousseau

           



Extrait de l'album souvenir écrit par Roger Castell, président de l'association de Bio-Electronique Vincent.

"Suite au décès de Jeanne Rousseau, le 12 novembre 2012, nous avons retrouvé chez elle, de nombreuses photos d’elle et de sa famille. Dans un premier temps, ces documents étaient destinés à permettre à Rodolphe Forget, de réaliser un film et un diaporama présenté lors de l’AG et du Congrès de l’ABE, les 16 et 17 mars 2013 au Mans.

A la réflexion, il m’a semblé utile de les regrouper en un album, pour donner à tous nos adhérents, la capacité de mieux connaître la riche personnalité de la Femme exceptionnelle qu’elle fut toute sa vie.

Ce document pourra compléter le Sources Vitales n°3 « Hommage à Jeanne Rousseau » et le HS n°12 « Ecrits et autres documents de Jeanne Rousseau », qui contiennent surtout des textes dont elle était l’auteur.

Jeanne a travaillé avec lucidité et beaucoup de courage pour s’affirmer et diffuser ses recherches. Elle a été une authentique scientifique, animée par une vive curiosité intellectuelle, une honnêteté sans faille et une grande humilité. 

Ces qualités indispensables à la recherche, lui ont permis de remettre en cause ses résultats et ses connaissances, afin d’obtenir la meilleure explication des phénomènes observés, en restant toujours en phase avec la réalité

Oui, pour l’ensemble de ses travaux, sur l’eau, l’agriculture, la santé humaine et les influences cosmiques, Jeanne Rousseau fait honneur à l’humanité. En conséquence, j’espère vivement, que la France saura dans un avenir proche, reconnaître officiellement la valeur de ses écrits et de ses conclusions.

J’ai eu le grand privilège de bien connaître Jeanne Rousseau et je me réjouis d’avoir eu le bonheur, d’être choisi par elle pour participer au développement de la Bio-Electronique Vincent.

Je remercie très sincèrement Mauricette et Guy Bréheret, cousins de Jeanne, pour leur aide et pour les précieuses informations qu’ils m’ont données, pour apporter aux photos, les précisions nécessaires.

Je souhaite à cet album un grand succès."

Roger Castell 




À propos de Masaru Emoto

Je voudrais profiter de cette petite tribune pour dire une bonne fois pour toute ce que j'apprécie et ce qui m'agace dans le travail et la popularité (et donc ses conséquences) de Masaru Emoto, artiste japonais très connu dans le "monde" des gens passionnés par le sujet de l'eau en général, et même du grand public, ce qui est assez rare quand on travaille avec l'eau. 


Masaru Emoto

Tout d'abord, je n'ai rien contre cet homme. Il fait un travail fantastique de prise de conscience vis-à-vis de l'eau afin de nous la faire voir autrement qu'une simple formule qui s'avère être inexacte d'ailleurs ( voir la vidéo de Marc Henry sur ce sujet). Le podcast "EAU: Séance iLive!" est née en 2011 de cette même volonté de transmettre cette information que l'eau est bien plus que ce que l'on croît.  Nous allons donc dans le même sens. Masaru Emoto est incontournable. Il est même une porte d'entrée pour toute personne qui voudrait s'intéresser à l'eau. Comme ce fut le cas pour moi en 2008 avant de réaliser "L'eau, la médiatrice."

Cependant, là où je suis agacé c'est quand il se permet lui et ses "fans"de faire croire que l'eau juge. Là! Non! C'est pas possible de laisser passer cela! Et la conséquence de sa popularité augmente alors la caisse de résonance de ce mensonge qui fait inévitablement du dégât dans la véracité du message de l'eau justement. Il va donc à l'inverse de ce que lui et ses "fans" prétendent aller en voulant relier l'eau aux humains. Pourquoi? Simple! Pour juger, il faut faire une différenciation entre soi et celui ou celle qu'on juge. On sépare au lieu de relier. Par la séparation on compare, laissant place au subjectif. Le jugement crée donc ainsi des "méchants" qui seront toujours méchants (Hitler, Staline) et des "gentils" qui seront toujours des gentils (Mère Teresa). J'appelle ça de l'immaturité! 

Marc Henry, chimiste à l'université de Strasbourg, enfonce le clou en révélant le travail d'un certain Tim Garret : "Dans le magazine New Scientist du 30 Décembre 2013 Helen Pilcher nous explique que Wilson Bentley, le premier homme à avoir photographié des flocons de neige trafiquait ses photos pour mieux révéler la structure hexagonale des cristaux de glace. Les photos de Ken Libbrecht quant à elles ne sont pas trafiquées mais correspondent à des conditions de laboratoire non naturelles. Voici à quoi ressemble en fait de VRAIS flocons de neige photographiés par Tim Garrett (University of Utah) et ses collègues avec une vitesse d'obturation de 1/40,000 de seconde – suffisamment rapide pour capturer les flocons dans l'air. On est loin des photos trafiquées de Bentley ou des délires d'un Emoto qui prétend que l'eau sait faire la différence entre Hitler et Mère Thérésa. La glace est un milieu hostile à la vie et son apparition est généralement synonyme de mort. La plupart des flocons de neige n'ont aucune forme précise et ce n'est que lorsque l'homme intervient par maquillage (Bentley) ou par force (Libbrecht, Emoto) que les cristaux prennent de formes géométriques bien définies. Qu'on se le dise une bonne fois pour toutes..."


Tim Garrett (University of Utah)
À propos de la photo ci-dessus, Marc Henry ajoute : "Nous avons là des photos de flocons de neige tels qu'ils apparaissent dans la nature à l'état brut sans truquage d'image (Bentley) hors laboratoire (Libbrecht) et sans recristallisation en phase vapeur (Emoto). On est loin de l'image d'Épinal du flocon de neige qui est une fiction habilement mise en image par Wilson Bentley et qui est tellement ancrée dans notre imaginaire que certains songent à Gorafi alors qu'il a fallu dépenser plusieurs centaines de milliers de dollars pour arriver à créer cette image. Montrez la réalité telle qu'elle est et ils la nieront. Montrez leur ce qu'ils pensent être la réalité et ils approuveront..."

Il y a quelque chose de bien pratique à entretenir cette vision, c'est sur le plan marketing. Avec cette vision: ON VEND. Et on vend bien. D'où le succès de Masaru Emoto et de ceux qui suivent son exemple. L'eau normalement ne fait pas vendre car elle est "trop" réelle.  Par contre donner à l'eau, un aspect moins réel, plus illusoire. Et vous obtenez l'adhésion de la majorité du public qui achète des photos, des livres pour continuer à rêver. Alors on donne à Monsieur Emoto le titre de docteur, titre qui n'a rien à voir avec la science, mais comme nous sommes dans le rêve et l'argent. On ne va pas pinailler sur ce détail. On applique alors une règle simple pour gagner de l'argent : Donnons au public ce qu'il souhaite, c'est à dire du rêve. Le rêve fait vendre. MAIS le rêve c'est du mensonge.  

J'ai fait le "Seconds of Eternity" N°75 pour tourner cela à la dérision. 



Descriptif de la vidéo sur Youtube:

Dans le N°75, il est question de Masaru Emoto, artiste japonais qui photographie des cristaux d'eau obtenus à partir d'eaux liquides soumises à différentes influences tel qu'un mot, une musique, une phrase et bien d'autres choses encore (http://www.youtube.com/watch?v=1Ra_7L...). Certains cristaux sont magnifiques d'autres sont laids voire à peine visibles. Pourquoi pas! L'eau est l'organe sensible de la Terre (cf T. Schwenk). Il est donc plausible d'obtenir ces résultats aussi extraordinaires soient-ils.

Cependant, l'utilisation abusive de ce travail pour valider les théories les plus fantasmées sur l'eau (mémoire de l'eau, action de la pensée sur l'eau, clusters informés...) a motivé la réalisation de ce N°75, que nous avons résumé en deux points:

- Le premier est que Masaru Emoto n'est pas scientifique (même si lui et ses «fans» aiment son titre de «Docteur»). Marc Henry, professeur et chercheur en chimie à l'université de Strasbourg, nous fait une mise au point: « Les expériences de Mr Masaru Emoto sont souvent citées comme des preuves scientifiques de la possibilité d'agir sur la matière au moyen de la seule pensée, positive ou négative. Pour les chercheurs académiques universitaires ces revendications sont absolument sans valeur en raison du manque de rigueur dans les protocoles expérimentaux et l'exploitation des résultats. Néanmoins, Mr Emoto arrive, avec ses images suggestives de cristaux de glace, à faire parler de l'eau en relation avec les processus vitaux tout en véhiculant un message de paix et d'harmonie entre les êtres humains. Pour cela, il doit évidemment en être remercié, mais il doit rester à sa place, à savoir celle d'un esthète aux idées originales ayant un excellent sens du marketing, ce qui correspond d'ailleurs tout à fait, comme il ne s'en cache pas, à sa formation initiale ayant trait aux sciences humaines plutôt qu'aux sciences naturelles.»


- La deuxième raison est que l'eau ne juge pas. Puisque elle est la vie. Seul le mental humain juge ce qui est bien et ce qui est mal. Et le mental juge car il est limité et a donc une vision étroite de l'existence. Alors que l'existence est infinie. Éternelle. On ne peut dissocier l'être de l'eau. Aucun être n'est condamnable. Seuls ses actes le sont. Ainsi quand Emoto nous donne à voir un cristal moche et sans structures, obtenu à partir d'une eau soumise au mot «Hitler», ce n'est pas l'eau qui s'exprime mais Emoto qui a choisi sur 30 ou 40 échantillons le cristal qui correspondait le mieux à l'idée qu'il se faisait de ce personnage de l'histoire. Ce cristal obtenu nous donne donc le jugement d'Emoto. Et non celui de l'eau. Il en va de même pour la beauté des cristaux avec des personnages comme Mère Teresa. Tout jugement positif ou négatif est la conséquence d'une vision immature - toute vision subjective est immature -. C'est ce qui la différencie avec une vision objective qui est globale. Infinie. Sage. Et donc sans jugement. 

Notons enfin qu'il y a un côté pratique avec l'utilisation abusive du label «Emoto» dans des films «sur l'eau» ou dans des discours de «spécialistes» de l'eau car il nous permet de relever le manque de rigueur du travail d'investigation produit et donc une mise en évidence d'absence totale de lien avec l'eau elle-même. Ces gens ne parlent pas de l'eau mais comme Emoto, ils parlent d'eux.

----------------------------------------­----------------------------------------­­­­­­­­­­­­­­­­­­­----------------------­-

Un article supplémentaire a été écrit sur ce sujet: http://eauseanceilive.blogspot.de/2013/04/masaru-emoto-le-paparazzi-de-leau.html

----------------------------------------­----------------------------------------­­­­­­­­­­­­­­­­­­­----------------------­-

Marc Henry a donné de nombreuses interviews retrouvez les en cliquant ici: http://www.youtube.com/watch?v=aOBniJ...
dont une où il question d'emoto: http://www.eauseanceilive.blogspot.fr/2011/04/emission-audio-avec-marc-henry-n2.html

----------------------------------------­------------------------------------


Cet article est écrit dans le cadre du dossier N°10 "L'eau et les fantasmes
qui est l'un des 12 dossiers de l'eBook "L'eau qui nous relie"

eBook disponible à la vente à 10,99€

Interview d'Adrien Galaret, spirulinier.

"EAU: Séance iLive!" le podcast de l'eau a interviewé aujourd'hui Adrien Galaret, spirulinier dans le Lot depuis 2001. Si vous souhaitez des informations complémentaires à ce qui était dit dans l'interview, vous trouverez ce que vous cherchez en allant sur le site d'Adrien Galaret: http://spirulinedolt.fr.

Voici la description par wikipedia de la spiruline:

Spiruline est le nom vernaculaire de deux genres différents de cyanobactéries filamenteuses :
Le complément alimentaire appelé « spiruline » est fait à partir de différentes espèces du genre Arthrospira qui est une cyanobactérie — anciennement appelées cyanophycées ou « algues bleues » — des eaux chaudes peu profondes et saumâtres de la ceinture intertropicale. Le genre Spirulina existe, mais s'applique à d'autres cyanobactéries, assez éloignées du point de vue taxinomique et sans valeur alimentaire. La confusion entre les deux noms Arthrospira etSpirulina est due à la décision d’unifier les deux genres Arthrospira Stizenberger et Spirulina Turpin sur la base de leurs trichomes en spirale1. Néanmoins le genre Spirulina n’est pas affilié au genre Arthrospira2.

Un aliment[modifier]

De nombreuses souches d'Arthrospira sont cultivées industriellement sous le terme de spiruline en raison de leur valeur nutritionnelle3. C'est une des seules sources de protéines végétales avec le soja à contenir tous les acides aminés essentiels : elle a un aminogramme parfait. Son analyse révèle qu'elle contient aussi de nombreusesvitamines et des anti-oxydants comme le bêta-carotène.
C'est pourquoi l'Organisation des Nations unies a reconnu la pertinence de la spiruline dans son agenda de développement durable, et l'Institution Intergouvernementale pour l'Utilisation de la Micro-algue Spiruline contre la Malnutrition IIMSAM4 a obtenu un statut d'observateur auprès des Nations Unies au Conseil Economique et Social (ECOSOC)5,6.


Jacques Collin (1/4) - Qui êtes vous Jacques Collin? - Les Rendez-Vous de l'Eau - EAU Séance iLive!

         


 BIOGRAPHIE JACQUES COLLIN

         Ce n’est  qu’à partir de 56 ans, en 1989, après de profonds bouleversements dans ma vie que la magie de l’eau m’a été révélée.
         Rien dans la vie me prédisposait à cette vocation, ma culture scientifique était très générale et mes connaissances sur l’eau un peu près nuls. Ce n’est qu’en buvant une eau pure de grande qualité que j’ai pu comprendre les effets de régénération sur l’organisme et le milieu cellulaire. Je constatais qu’aucune étude médicale ou biologique ne tenait compte de l’eau.
         L’eau est une des plus grande énigme de l’univers et le monde scientifique et médical l’ignore. Pourtant l’Homme et l’Eau ont été unis en des noces sacrées depuis des temps immémoriaux, pour vivre ensemble  l’harmonie  dans la  beauté de la Création.
         Alors en 1993 je fais paraître mon premier livre « L’Eau le Miracle Oublié » ou je révèle comment l’eau re-sacralisée peut apporter à l’homme fracturé du XXI ème siècle la régénération mentale, physique et spirituelle. 
         Après une retraite et une ascèse de plusieurs années dans un lieu protégé au contact de la nature et des sources, je continue mes recherches et intègre l’eau en tant que support des énergies électromagnétiques, cosmiques et spirituelles pour les relier au monde de la Pensée et de la Conscience. Ce n’est qu’après des rencontres avec des scientifiques de haut niveau, tels que Jacques Benvéniste, avec ses travaux sur la mémoire de l’eau, Régis Dutheil sur les fonctions quantiques de l’eau et des chercheurs du CNRS et du CERN à Genève que j’écris un deuxième ouvrage sur l’eau du corps : «  L’Insoutenable Vérité de l’Eau « ( Editions Guy Trédaniel )
         Ce dernier livre met en exergue que l’eau possède dans le repli intime de sa structure, l’essence même de notre puissance  créatrice, de notre régénération physique et spirituelle, nous permettant ainsi de redevenir maître de notre Royaume. J’expose que cette eau assure une permanente communication  entre ce monde quantique et notre univers physique afin de construire les formes du vivant. L’eau tisse tout un réseau informationnel au sein de nos 60 000 milliards de cellules. Celle ci est l’autoroute de cette information totalement immatérielle et virtuelle qui gère toutes les réactions métaboliques, enzymatiques et physico-chimiques du corps. Il apparaît que l’électron et le photon, particules quantiques en sont les messagers. Les travaux du biophysicien allemand Fritz Albert POPP ont mis en évidence cette communication cellulaire photonique.
 Les travaux du japonais Masaru Emoto démontrent scientifiquement comment la pensée et la conscience peuvent modifier la structure de l’eau et influencer dans un sens positif ou négatif notre biologie. Il démontre ainsi la puissance de l’Esprit sur la matière et son pouvoir de création. 

 Enfin ce livre, met aussi en lumière, à travers les nouvelles recherches actuelles, comment peut être extrait de cette eau, une énergie implosive illimitée, gratuite et non polluante dont la production permettrait à l’humanité d’arrêter la catastrophe écologique actuelle. Les moteurs surunitaires fonctionnent déjà a différents stades prototypes.
         Mes recherches continuent actuellement sur les étonnantes facultés de l’eau de rétablir les terrains de santé et d’enregistrer toutes sortes d’informations très subtiles qui influencent le milieu cellulaire et « conscientisent » en quelque sorte la matière vivante.
         Les dernières découvertes sur le temps et les ouvertures temporelles, par le Professeur JP GARNIER MALET  démontrent scientifiquement  que nous même et notre biologie vivent  dans plusieurs temps simultanément et que ce principe vital était connu des anciens. Albert Einstein avait amorcé cette découverte dans la théorie de la Relativité Restreinte. 
          L’eau de notre corps assure l’interface avec cette interdimensionalité. Le dernier ouvrage paru «  L’Eau Delà de l’Eau » témoigne que l’homme peut retrouver sa puissance et  son rôle de créateur dans l’univers et que finalement c’est dans ces dimensions infinies du temps dont il doit prendre conscience qu’il retrouvera son unité originelle. 
         Je donne des conférences, organise des stages et des journées d’initiation sur l’eau, mettant ainsi en pratique dans notre vie quotidienne, l’utilisation de cette eau sacrée.

    Jacques COLLIN