Physique de la goutte d'eau par Marc Henry


Marc Henry, chimiste à l'Université de Strasbourg, fit une conférence sur la physique de la goutte d'eau. Un sujet au départ banal mais finalement incroyablement savant. Plongez dans les incroyables propriétés de la goutte d'eau.






À VOIR AUSSI SUR LE MÊME SUJET:

Les gouttes d'eau qui allaient trop vite

623px-2006-01-28_Drop-impact.jpgLa chute d'une goutte d'eau de pluie devrait être un phénomène assez simple. Lorsque la résistance de l'air compense le poids de la goutte, celle-ci atteint une vitesse dite "terminale", qu'elle conserve jusqu'à ce qu'elle s'écrase au sol (ou sur votre tête). Ca, c'est pour la théorie. Mais comme souvent, la réalité n'est pas aussi simple, et des mesures ont montré que certaines gouttes tombaient beaucoup plus vite qu'elles ne le devraient.
En 2009, une étude menée par une équipe de l'université nationale autonome du Mexique sous la direction de Guillermo Montero-Martinez, publiée dans la revue Geophysical Research Letters, lançait un pavé dans la mare. Ou plutôt, une goutte d'eau, mais qui ne respectait pas les limitations de vitesse. Les chercheurs mexicains, en mesurant les ombres de gouttes de pluies passant au travers d'un rayon de lumière infrarouge, se sont aperçus que la moitié d'entre elles dépassaient la fameuse vitesse terminale.

Consultez la conférence de Marc Henry en ligne:



Ou par cet URL
https://docs.google.com/file/d/0BylSFXzy7AhfckdWTHlLOVl3cTQ/edit?usp=sharing




Cet article est écrit dans le cadre du dossier N°7 "L'eau et le son
qui est l'un des 12 dossiers de l'eBook "L'eau qui nous relie"

eBook disponible à la vente à 10,99€






L'eau, la médiatrice.

Nous sommes constitués, en nombres de molécules, entre 94,5% et 99% d’eau. Autant dire que parler de l’eau revient à parler de l’être humain et de la vie dans son ensemble. Par l’aspect multi-directionnels du sujet, il nous est apparu ainsi judicieux d’établir un projet en deux phases. La première étant constituée d’une série de films documentaires ou fictionnels à thème comme la santé, l’être de l’eau, l’homéopathie, l’origine cosmique, le cycle de l’eau, l’enfance, l’alimentation et les interviews intégrales des personnes rencontrées. La deuxième phase sera, quant à elle, la synthèse de la première par la réalisation d’un long-métrage cinématographique. Tant physique que subtile, l’eau possède des propriétés extraordinaires, ce projet a l’ambition d’en évoquer un large éventail afin de transmettre l’information – telle une médiatrice – à tous ceux qui se sentent en résonance avec l’idée que l’eau est autre chose qu’une formule chimique simple et n’ayant que des propriétés « utiles » et « banales » pour notre quotidien. En effet qu’elles soient spirituelles, physiques, artistiques, chimiques, biologiques, sociétales, économiques, géopolitiques, cosmiques, philosophiques, religieuses ou alchimiques, les définitions de l’eau ne manquent pas et sont véritablement méconnues ou dispersées. L’ambition du projet est de réunir une grande partie de ces connaissances afin d’appréhender l’eau dans un ensemble le plus large possible et ainsi plus complet pour mieux prendre conscience combien nous avons tant à savoir de cet élément. « L’eau, la médiatrice. » n’est pas un film de plus sur l’eau. Les documentaires sur ce sujet sont nombreux et de qualité. Mais ils sont généralement motivés pour des raisons écologiques ou humanitaires donnant à l’eau un aspect restrictif et donc incomplet. Tout être vivant, bien que composé d’un corps physique, est habité d’une âme. Tout ce qui est vivant fonctionne par le jeu de l’harmonie. La vérité n’est pas parcellée mais globale. Le monde n’est pas seulement une expérience extérieure mais aussi et surtout intérieure. L’eau apparaît alors comme le témoin de notre ancrage excessif dans la matière. « l’eau, la médiatrice. » est né justement de la volonté d’extirper nos vies de cette excessivité qui nous fige dans la matière temporelle et astreignante. Ainsi notre capacité à voir l’eau autrement nous indiquera combien nous sommes prêts à nous voir différemment et ainsi, de faire des choix de vie vers ce que nous recherchons le plus, sans l’atteindre, car n’étant pas une réalité exclusivement matérielle : le bonheur.


                       

René Quinton, né le 15 décembre 1866 à Chaumes-en-Brie et mort le 9 juillet 1925 à Grasse, est un savant naturaliste, physiologiste et biologiste français. Autodidacte, il élabora une théorie sur l’origine et la nature marine des organismes vivants. Ses travaux eurent en son époque des répercussions considérables dans les domaines scientifique, thérapeutique et philosophique.

l'eau, la médiatrice-1/3 (le plasma Quinton) par rodolphe_forget


Achille Marcel Violet (1886-1973) est un pilote automobile, ingénieur des Arts et Métiers et inventeur français, principalement actif dans le domaine de l'automobile. Il a aussi fondé un laboratoire actif dans le domaine desmédecines alternatives à partir de ses découvertes scientifiques liées à de l'eau soumise à un rayonnement, l'eau Violet.
l'eau, la médiatrice- 2/3 (La dynamisation... par rodolphe_forget

Louis-Claude Vincent, né le 10 janvier 1906 au Puy-en-Velay et mort le 26 août 1988 à Marsat, est un ingénieur hydrologue français, diplômé de l'École Supérieure des Travaux Publics (Promotion 1925). Il a également publié des essais. Il est le fondateur de la bio-électronique en 19481. En collaboration avec le Dr Jeanne Rousseau à partir de 1956, il fonde le centre de recherche bio-électronique à Avrillé (Maine-et-Loire) entre 1961-1964.


l'eau, la médiatrice- 3/3 (La Bioélectronique) par rodolphe_forget